Le guide du bon post Facebook

facebook_status

Une fois n’est point coutume, après avoir publié une série de contenus relatifs à Twitter, c’est Facebook qui est à l’honneur cette semaine sur notre blog, ou plus particulièrement comment créer une contribution utile et engageante sur le plus populaire des médias sociaux.

Toute personne qui vient à publier un post sur Facebook souhaite bien évidemment que celui ai l’écho le plus favorable en maximisant les chances de le voir cliqué, liké et commenté. Les posts Facebook ont cette part de mystère, notamment en terme de reach organique, qui nous amène éternellement à nous poser la question comment puis je produire un contenu parfait à condition que celui-ci puisse exister. J’ai répertorié quelques points que devrait vous permettre de vous rapprocher de cette perfection et par cette occasion d’améliorer vos stats. Le mieux est encore de vous en inspirer par rapport à votre propre expérience et vos observations.

Un lien comme point de départ

Facebook, qui supporte les études sur l’impact qu’ont les différents types de diffusions, a lui-même déclaré que les liens postés au format supporté par Facebook recouvrent deux fois plus de clics comparés aux liens insérés dans la mise à jour d’une publication photo. Lors d’un partage de contenu, nous avons le choix entre partager ce contenu en tant que lien ou en tant que photo et il semblerait que le lien obtienne un meilleur score auprès des utilisateurs. A quoi ressemble post sous forme de lien comparé à celui sous forme de photo. Les posts liens prennent l’avantage des Métatags de la page web en incluant les informations reprises sur le titre de la page, les descriptions et photos. Quand vous copiez un lien dans la boite de mise à jour de votre page FB, Facebook poussera automatiquement l’information et la placera au format de lien approprié.

Hootsuite

Les posts photo requièrent que vous attachiez une photo à votre publication. Les photos isolées ne comprenant malheureusement pas de texte descriptif. Vous pouvez en outre ajouter un lien dans ce texte descriptif. Il faut tout de même préciser que ceux-ci n’obtiendront pas le même taux de clics comparé au lien initialement publié. La manière de créer un lien publié n’est pas immédiatement claire,  vue du rédacteur de mise à jour sur Facebook. Lorsque vous rédigez une nouvelle mise à jour, vous ne pouvez prévisualiser l’illustration qui sera utilisée pour accéder à votre lien. Ce qui est possible avec les Status, Photos/Videos et Offre/Evenement. Pour partager un lien, il suffit de copier/coller l’URL dans la fenêtre de rédaction. Instantanément, Facebook affichera les meta-informations du lien copié à savoir le titre, la description et l’illustration. Si vous souhaitez vérifier la mise en page avant de publier une mise à jour vous pouvez ajouter à votre URL l’outil Facebook Open Graph Debugger qui vous permettra d’obtenir une prévisualisation et de modifier ce qui le nécessite.

Facebook Open Graph Debugger

Des posts courts

Au même titre que ce qu’il faut rédiger, le nombre de signes peut également avoir incidence sur le lecteur potentiel et générer plus d’engagements. Une étude Buddy Media (lien) révèle que les posts très courts d’au moins 40 caractères reçoivent, en grande majorité (86%), plus d’engagements. Cela est peut-être dû au fait que ceux-ci sont de loin les plus fréquents sur ce Media Social. D’autres études enfoncent le clou en soutenant la maxime ´au plus court, au mieux´. C’est le cas de l’étude réalisée par Blitzmetrics qui s’est penchée sur 11.000 pages FB et révèle que l’engagement augmente à vue d’œil au fur et à mesure que les publications se synthétisent. Track Social tire les mêmes conclusions dans son étude, les posts brefs comptants jusqu’à 70 caractères se voient attribuer d’avantages de likes, de commentaires et de partages. 40 caractères, cela peut sembler complexe compte tenu d’un si petit espace de rédaction. Quel genre de message publier? Vous devez garder à l’esprit que vous avez également le titre du lien ainsi que la description pour amener votre lecteur à cliquer sur le contenu et à le commenter. Ces 40 caractères jouent plus un rôle de teaser qui supportera le contenu dans le lien lui-même.

MOZ Webinar

MOZ Webinar

Éviter les heures d’affluence

Si l’on résonne de la manière suivante, vous êtes face à des centaines de publications qui sont visibles sur les timelines des membres votre communauté. Si vous postez vos mises à jour à un moment de moindre publication, vous maximisez vos chances d’être plus visible. Track Maven illustre ce phénomène dans une étude réalisée à partir de 5800 pages et plus de 1,5 millions de posts. Cette étude leur permet de rédiger un recueil des bonnes pratiques à observer. Dans ces trucs et astuces, on peut lire qu’il est vivement conseillé de publier durant de Weekend et en dehors des heures de travail. L’idéal est d’essayer de s’en rapprocher pour bénéficier d’un trafic plus important ou d’alterner les publications entre des moments à haut taux de publication et d’autres à forts moments d’interactions.

Track Maven

Pas de publication sans stratégie de partage

Une autre étude menée par Mark Scaefer analyse les données issues de 8000 pages Facebook avec comme objectif de comprendre l’impact réel qu’ont les marques sur leur reach organique. Une publication sur Facebook touche potentiellement et en moyenne 4,5% de notre audience ce qui est d’ailleurs plus que sur Twitter. Il en ressort quelques statistiques surprenantes et quelques bonnes pratiques tirées des pages qui ont le mieux réussi dans cet exercice. Plus de 70% des pages ont 30% ou plus de réduction de son reach organique. Dans cette minorité, ils se sont concentrés sur 4 pages qui ont connu du succès et sur 4 caractéristiques que ces pages ont en commun.

> Elles ciblent une audience avec fort degré d’intérêt

> Elles publient du contenu qualitatif (qualité qui est perçue au minimum par leur audience cible)

> Elles publient sur une base régulière (min 1 à 2 fois par jour)

> Elles récoltent beaucoup de partages (grâce a la conjonction de 3 points précédents), et les partages est ce qui leurs offre le plus haut niveau de viralité pour leurs contenu (bien plus qu’un call to action d’ailleurs)

Si vous vous avez une audience qui suit vos publications et que vous publiez régulièrement du contenu de qualité, il ne vous reste qu’à planifier vos publications dans un calendrier de contenu et a les organiser avec un outil comme hootsuite par exemple.

Voici, en bonus, l’infographie de Track Maven sur le sujet.

080514_The-Nuts-and-Bolts-of-Facebook

Et vous? Comment imaginez-vous le post parfait?

Avez-vous obtenu davantage de réactions en partageant un lien optimisé ou une photo?

Quel est, d’après vous, le nombre idéal de caractères dans un post?

Avez-vous remarqué un meilleur reach en publiant de nuit ou durant le weekend?

N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience et de vos commentaires.

Françoise D.

(Content Manager @ RIGHTBRAIN)

Si toutefois vous souhaitez bénéficier de nos services dans la création et prestation de contenu, n’hésitez pas à nous contacter.

Je souhaite recevoir plus d’informations sur:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s